Maladies du cheveu
Vous êtes ici: Page d'accueil » Maladies » Alopécie

Alopécie

En dermatologie, l'alopécie désigne l'accélération de la chute des cheveux et/ou des poils. Le terme vient du grec ancien ἀλωπεκία / alôpekía (« chute des cheveux ») dérivé de ἀλώπηξ / alốpêx (« renard ») par analogie avec la chute annuelle des poils d'hiver de cet animal au début du printemps.

Perte de cheveux normale et anormale

Une personne possède en moyenne 100 000 à 150 000 cheveux et perd environ 40 à 100 cheveux par jour (chute permanente), avec des pointes pouvant grimper jusqu'à 175 durant les changements de saison (chute saisonnière le printemps et l'automne). C'est durant cette phase que les cheveux se renouvellent le plus. Une chute de cheveux est considérée comme pathologique lorsqu'une personne perd plus de 100 cheveux par jour pendant une assez longue période pouvant aller jusqu'à deux mois. Le diagnostic de cette chute nécessite une consultation et parfois un examen appelé « trichogramme » (on prend quelques cheveux dans différentes zones du cuir chevelu et on les observe au microscope). Parfois, un bilan hormonal est nécessaire chez la femme. Le résultat de ces examens oriente vers l'un des problèmes suivants.

Classification

on distingue :

L'alopécie adrogénitaire héréditaire

--> La plus fréquente, elle se manifeste par une diminution du volume des cheveux, voire une calvitie, et touche 70 % des hommes (20 % des hommes entre 20 et 30 ans, la chute de cheveux débutant généralement vers 20 ans et se stabilisant à 30 ans).

L'alopécie aiguë

--> Elle peut être liée à un traitement par chimiothérapie, un stress, des carences alimentaires importantes, une carence en fer, des troubles hormonaux, une irradiation aiguë ;
l'alopécie localisée
elle peut être provoquée par des problèmes de peau (tumeur, brûlure, pelade), une radiothérapie ou des parasites (teigne, lichen)

L'alopécie congénitale

L'alopécie areata

--> L'alopécie areata semble être d'origine auto-immune (mécanisme de médiation cellulaire) qui se caractérise par une atteinte en « patch » plus ou moins gros et à un ou plusieurs endroits. Cette forme de pelade peut atteindre toute la tête et on parle d'alopécie totalis et parfois l'ensemble du corps : c'est l'alopécie universalis, et dans ce cas, il n'y a plus aucun poil ni cheveu sur l'ensemble du corps.

Phase anagène

La phase anagène est la phase de croissance du cheveu. Il s’agit de la période la plus longue du cycle pilaire puisqu'elle dure de 2 à 5 ans. La très grande majorité des cheveux présents sur notre tête sont donc en phase anagène.

Phase catagène

La phase catagène est une phase de repos pendant laquelle le cheveu cesse d'évoluer. Elle dure environ 3 semaines, ce qui est considérablement peu par rapport à la phase précédente.

Phase télogène

Pendant la phase télogène, le cheveu ne pousse pas, mais il reste attaché au follicule pileux. À la fin de cette phase, l'ancien cheveu tombe et laisse place à un nouveau follicule en phase anagène, le cycle pilaire recommence3.

Alopécie andro génétique

L'alopécie androgénétique est une perte graduelle des cheveux due à l'influence des hormones mâles.
Elle se manifeste généralement entre 40 et 50 ans, chez 70 % des hommes en moyenne, mais, dans certains cas, elle peut apparaître dès 18 ans.
L'hormone qui cause cette perte de cheveux est la dihydrotestostérone (ou DHT). Cette perte de cheveux commence généralement au niveau des golfes (le devant de la tête) et du vertex (le sommet de la tête).
Elle se caractérise par un affinement des cheveux et une chute qui peut être brusque chez certains individus et plus lente pour d'autres. L'échelle d'Hamilton, modifiée par Norwood, permet de graduer la calvitie entre 1 et 7 où 1 correspond à l'absence de calvitie et 7 à l'alopécie maximale (perte des cheveux totale sur les golfes et le vertex).

Une étude en 2011 révèle que l'alopécie androgénétique provient non pas de la diminution mais de l'inactivation des cellules souches contenues dans le follicule pileux. Ces cellules ne se transforment pas en « cellules progénétrices » des cheveux, ce qui provoque l'atrophie du follicule qui ne produit alors que des cheveux microscopiques. Ainsi un homme chauve a le même nombre de cheveux qu'une personne sans calvitie mais ils sont peu visibles à cause de leur taille microscopique.

Alopécie post-ménopausique

Il s'agit de la plus fréquente cause de la calvitie chez la femme.
Elle survient après la ménopause, lorsque le rôle protecteur des hormones féminines a disparu.
Le cheveu devient plus fragile, sa durée de vie diminue et une alopécie définitive finit par apparaître.
Chez la femme, la chute des cheveux est plus diffuse et étendue que chez l'homme. Ainsi, la femme ne présente pas de plaques chauves, elle constate plutôt une raréfaction globale de ses cheveux. Ce processus conduit rarement à une alopécie complète. Les cheveux sur les côtés sont épargnés. Typiquement, il existe un élargissement progressif de la raie médiane qui peut être classé en différents stades (classification de Ludwig).
Avant la ménopause, une carence en fer, tel qu'il peut se voir en cas de règles abondantes, pourrait également être responsable d'une perte de cheveux.
Un état de stress chronique peut également provoquer une alopécie ou certaines maladies dermatologiques comme l'alopecia areata

En dehors des causes hormonales, la chute des cheveux peut être causée par des carences en fer, cuivre, zinc, silicium, vitamines B.
Cette sorte de perte de cheveux atteindrait environ 20 % des personnes pratiquant un régime modéré à sévère. Cependant, elle est plus souvent associée à des problèmes de boulimie ou d'anorexie. Le plus souvent, la personne va retrouver ses cheveux au bout d'une période de temps qui peut aller jusqu'à 2 ans.

La pelade est une maladie entraînant la perte des cheveux et/ou des poils sur des zones délimitées. La cause de cette maladie reste inconnue mais un mécanisme auto-immun qui conduit à une attaque du système pileux par le système immunitaire serait responsable de l'atteinte.

Il existe principalement trois formes de pelade :
alopécie areata (atteinte localisée par plaques),
alopécie totalis (atteinte localisée à la tête),
alopécie universalis (atteinte généralisée à l'ensemble du corps).

Le risque de développer durant sa vie une alopécie de type areata est d'un peu moins de 2 %, quel que soit le sexe. L'atteinte survient dans près de la moitié des cas chez le jeune de moins de 20 ans. Moins d'un cas sur dix évolue vers une forme sévère.

Le cheveu, en bordure de zone, est plus épais à sa distalité qu'à son origine. L'analyse au microscope de la peau de la zone (histologie) montre que le follicule pileux est entouré de lymphocytes, cellules de l'immunité. Le follicule n'est pas détruit ce qui explique la régression ou la guérison possible de l'alopécie. Cet examen n'est, le plus souvent, pas nécessaire pour confirmer le diagnostic.
L'évolution se fait vers l'amélioration ou la guérison dans près de la moitié des cas en un mois mais les récidives sont fréquentes.
Les formes modérées ne nécessitent pas de traitement, si ce n'est cosmétique. L'injection de corticoïdes dans la zone glabre peut amener une repousse du cheveu11, avec cependant des effets secondaires possibles. Par contre, l'application simple d'une pommade aux corticoïdes n'a pas démontré d'efficacité. Les pommades au 2,3-diphenylcyclopropenone (DPCP) ou à l'acide squaric dibutylester (SADBE) sont d'une efficacité modérée. Les crèmes au dithranol ou à base de minoxidil peuvent être d'un certain apport.

Finastéride

À l'origine commercialisée sous le nom de Proscar pour traiter l'hypertrophie bénigne de la prostate, il a été découvert que le finastéride avait un effet sur la chute et même la repousse des cheveux en bloquant la DHT de type 2 qui serait responsable de la calvitie chez l'homme. Selon des études cliniques, dans 82 % des cas il engendre, soit une stabilisation de la chute et dans 60 %, une repousse plus ou moins importante. Les femmes enceintes ne devraient jamais manipuler un comprimé de Propécia, car le produit a été reconnu comme étant responsable de malformations chez les fœtus mâles.
Les effets secondaires du Propécia sur le long terme sont encore méconnus mais ils sont en général temporaires et réversibles à l'arrêt du traitement, mais pas toujours. Des troubles sexuels permanents ont été documentés. Les effets secondaires les plus souvent associés à la prise de finastéride sont une baisse de la libido, des problèmes d'érection, une diminution du volume de l'éjaculat, une modification de la texture de l'éjaculat, une sensibilité mammaire et testiculaire, gynécomastie et fatigue. Des études plus récentes ont montré que Propécia pouvaient favoriser la dépression.

Minoxidil

Le minoxidil est le premier médicament commercialisé pour traiter la calvitie, sous le nom de Regaine, et sous plusieurs autres noms en version générique (Alostil, Kirkland, etc.).
Son action est inconnue, mais certains chercheurs estiment que ce médicament dilaterait les vaisseaux sanguins, ce qui entrainerait une plus grande irrigation sanguine du cuir chevelu et amènerait plus de nutriments à la racine des cheveux. Il doit être appliqué sur le cuir chevelu 2 fois par jour et lors de l'arrêt de son application, les cheveux obtenus grâce au produit tombent. Deux dosages sont disponibles: en version 2 % et 5%. Seule la version 2% est utilisable par les femmes. Les hommes peuvent l'utiliser, mais comparativement à la version 5 %, ses effets sur la repousse et le maintien des cheveux sont beaucoup plus faibles.

Dutastéride

Tout comme le finastéride et le minoxidil, le dutastéride (en) n'était pas destiné à remédier à la calvitie androgénétique, mais plutôt à soigner l'hypertrophie bénigne de la prostate. Ce médicament serait 1,5 fois plus puissant que le Propécia dans la réduction de la DHT (chiffre à confirmer, car il n'est pas accepté par aucune agence gouvernementale comme médicament traitant la calvitie, et n'est nullement conseillé, car tous ses effets secondaires ne sont pas encore connus à long terme). Les personnes l'ayant essayé pendant quelques mois ont souvent décrit des effets secondaires qui ressemblaient de beaucoup à ceux du Propécia, tout en étant aussi plus fort à cause de la réduction importante de l'hormone DHT. Les pourcentages de personnes atteintes par un effet secondaire doubleraient par rapport au Propécia.

Micro-greffe

Cette technique consiste à prélever des greffons de cheveux sur la couronne (ou les cheveux éternels) et les greffer sur le haut de la tête. Cette technique est la seule qui peut se vanter d'être une solution définitive au problème de perte de cheveux, car les cheveux greffés ne vont, en général, jamais tomber. Malheureusement, cette technique n'est pas efficace pour regarnir les crânes complètement, car il n'y pas assez de cheveux sur la couronne pour fournir une tête entière. De plus, il s'agit d'une technique qui compte beaucoup sur l'habilité du médecin qui va pratiquer la greffe. En effet, il s'agit d'une opération délicate, car si les greffons sont placés dans un mauvais sens, le patient risque de se retrouver avec des cheveux poussant dans tous les sens.

Thérapie par laser basse énergie ou LLLT en anglais LowLevelLaserTherapy

La LLLT agit à la manière d'une biostimulation. Des tests ont été effectués chez des souris, menant au constat que la pousse du poil est favorisée. Étant donné le prix des diodes, une nouvelle tendance née aux États-Unis consiste à fabriquer soi-même son casque laser. Le temps nécessaire à l'utilisation de cette thérapie est estimé à trois fois 20 minutes par semaine[réf. souhaitée]. Les utilisateurs du minoxidil constateront des effets moindres par rapport à ceux qui ne l'utilisent pas

Poudres et vaporisateurs

Des poudres et des vaporisateurs noirs sont utilisés dans le but de camoufler la calvitie.

Perruques et compléments

La perruque ou prothèse capillaire est de nos jours un outil de premier plan pour lutter contre la calvitie et surtout les pertes de cheveux excessives, comme celles causées par une chimiothérapie ou une pelade par exemple.

AVERTISSEMENT
Les textes de cette page sont tirés de wikipédia en français , le contenu ne saurait engager la clinique du cheveu pour quelques raisons que cela soit.
Le lien de la page de wikipédia et la licence sont indiqués ci-dessous